Le nombre de postes vacants au Canada a dépassé le million en avril

Articles - Image d'intro

Des affiches « Nous embauchons » sur la porte d'un commerce.
PHOTO : RADIO-CANADA / SIMON RAIL-LAPLANTE

La Presse canadienne | 

Le manque de main-d'œuvre continue de prendre de l'ampleur au pays.

Le nombre de postes vacants a atteint un peu plus d'un million au début du mois d'avril, en hausse de plus de 40 % par rapport au même moment un an plus tôt, a indiqué Statistique Canada vendredi au moment où le resserrement du marché du travail fait grimper les salaires et alimente les craintes d'inflation.

Selon l'agence fédérale, les employeurs canadiens ont activement cherché à pourvoir 1 001 100 postes vacants, une hausse de 23 300 postes par rapport à mars et de 308 000 par rapport à avril 2021.

Le taux de postes vacants, qui mesure le nombre de postes vacants proportionnellement à tous les postes, s'est élevé à 5,8 % en avril, contre 4,4 % le même mois l'an dernier.

Ce changement survient au moment où les chiffres de l'emploi augmentent dans tout le pays.

« En avril, pour la première fois, l'emploi salarié dans toutes les provinces était revenu au niveau observé en février 2020, avant la pandémie de COVID-19, ou avait dépassé ce niveau. »

— Une citation de  Extrait du rapport de Statistique Canada

La Banque du Canada a évoqué le niveau élevé de postes vacants, disant estimer qu'il démontre le besoin évident de freiner l'économie alors qu'elle tente de lutter contre l'inflation.

Le marché du travail est un des signes les plus clairs au Canada en ce moment que nous sommes en demande excédentaire, a affirmé la première sous-gouverneure de la banque centrale, Carolyn Rogers, lors d'une conférence plus tôt cette semaine.

Nous avons un million de postes vacants. Si vous parlez aux entreprises ces jours-ci, elles vous diront qu'elles ont vraiment du mal à pourvoir ces postes.

Le resserrement du marché du travail contribue également à faire grimper les salaires, ce qui peut alimenter l'inflation.

Augmentation des salaires et de l'inflation

Les données annoncées vendredi par Statistique Canada ont montré que la rémunération hebdomadaire moyenne avait augmenté de 4 % en avril par rapport à il y a un an. Cependant, les travailleurs n'en ont pas profité beaucoup puisque l'inflation s'est établie à 6,8 % au cours de la même période.

Certains secteurs ont toutefois observé des augmentations de salaire plus élevées. La rémunération dans le secteur du commerce de détail a augmenté de 11,7 %, celle du secteur des services professionnels, scientifiques et techniques a pris 9,7 % et celle du groupe de la fabrication a progressé de 8,2 %. Le secteur des arts, du divertissement et des loisirs a été le seul à avoir vu ses salaires diminuer (-4,5 %).

Dans un rapport publié vendredi, le chef de la direction de la Banque de Montréal, Douglas Porter, a indiqué qu'une des raisons pour lesquelles l'inflation sous-jacente augmente a trait au fait que les pressions sur les coûts se propagent dans un marché du travail tendu.

Il a noté que les chiffres des salaires de vendredi montrent que sur une mesure à pondération fixe, la hausse annuelle des salaires a été de 6,2 % en avril, ce qui est bien au-dessus des autres indicateurs salariaux cette année et supérieur d'environ un point de pourcentage au sommet précédent observé dans les données des 30 dernières années.

« Après une longue période de calme surprenant pour les salaires au Canada, l'enquête sur la masse salariale vient de tirer un coup dans l'inflation. »

— Une citation de  Douglas Porter, chef de la direction de la Banque de Montréal

Le nombre de postes vacants a atteint un niveau record dans plusieurs secteurs, y compris celui de la construction, qui a vu le nombre de postes vacants atteindre 89 900 en avril, en hausse de 12 000 par rapport à mars et de 27 200 par rapport à avril 2021.

Le nombre de postes vacants a également atteint un niveau record pour les secteurs des services professionnels, scientifiques et techniques, du transport et de l'entreposage, de la finance et des assurances, des arts, des spectacles et des loisirs ainsi que des services immobiliers et des services de location et de location à bail.

Le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale a vu le nombre de postes vacants chuter à 125 200 en avril par rapport à un sommet de 147 500 en mars, mais ces postes non pourvus montraient tout de même une hausse de 21,3 % par rapport à l'année précédente.

Lire l'article

 

Retour à la liste des actualités