La scission de Technicolor interviendra à la fin du mois

Articles - Image d'intro

INVESTIR.FR |  | 

2022 est une « année historique pour l’ensemble du groupe Technicolor. [Elle est] marquée par l’avènement de deux nouvelles histoires créatrices de valeur », a souligné Anne Bouverot, la présidente du conseil d’administration.

Les actionnaires ont approuvé la distribution de 65% du capital de TCS aux porteurs de Technicolor SA sous forme de dividende en nature.

La scission de Technicolor interviendra à la fin du mois | Crédits photo : Technicolor
La scission de Technicolor interviendra à la fin du mois | Crédits photo : Technicolor

Sept mois après son annonce, la scission (spin-off en anglais) de Technicolor est en passe d’être effective. Elle le sera le 27 septembre, très exactement. Réunis en assemblée générale pour la troisième fois de l’année ce mardi, les actionnaires ont voté en faveur de la distribution de 65% du capital de Technicolor Creative Studios aux porteurs de titres Technicolor SA sous forme de dividende en nature.

Le groupe, en quasi-faillite en 2020, sera donc divisé en deux entreprises distinctes. La première, qui est aussi la plus lucrative et la plus prometteuse, regroupera les activités d’effets spéciaux pour l'industrie des films, des séries et des jeux vidéo et sera baptisée Technicolor Creative Studios, ou TCS. La seconde, focalisée sur le métier historique de la maison connectée (set-top box pour les câblo-opérateurs) et la duplication de DVD pour les majors de la musique et du cinéma, prendra le nom de Vantiva. Toutes deux seront cotées séparément à la Bourse de Paris.

Création de valeur

2022 est une « année historique pour l’ensemble du groupe Technicolor. [Elle est] marquée par l’avènement de deux nouvelles histoires créatrices de valeur », a souligné Anne Bouverot. La présidente du conseil d’administration, comme le directeur général Richard Moat, ont insisté sur la « création de valeur pour toutes les parties prenantes pour les années à venir » que l’opération doit permettre. Elle doit aussi redonner des marges de manœuvre financière pour chaque entité. Un gros travail a été fait sur la dette. Vantiva a reçu des engagements de dette privée pour 375 millions d’euros de la part de Barclays et du fonds Angelo Gordon. TCS, lui, affiche une dette de 673 millions et dispose d’une facilité de crédit renouvelable de 40 millions d’euros. « Comment le conseil d’administration a-t-il choisi de répartir la dette entre les deux entités ? », a interrogé Jean-François Delcaire, gérant chez HMG Finance. « Le groupe avait une dette d’à peu près 1 milliard, a rappelé le directeur financier Laurent Carozzi. Nous avons fait ce que le marché nous a permis de faire. Vantiva est notée CCC, il a donc fallu trouver des prêteurs. Le montant maximum que nous avons pu lever est de 375 millions, via une dette unitranche de type privé. Le reliquat est donc porté par TCS, qui affiche, certes, un gearing élevé, supérieur à 5, mais la société TCS est en croissance, elle doit générer du free cash-flow et se désendetter. Elle peut donc le supporter. » Quel prix pour l’action TCS ? « Le conseil d’administration le déterminera le 22 septembre en se fondant sur l’analyse du cabinet Finexsi », a précisé le directeur financier. 

Lire l'article

 

Retour à la liste des actualités