Forbes I 11 juillet 2021I Article traduit de Forbes US – Auteur : IESE Business School 
Le Venture Capital and Private Equity Country Attractiveness nous dévoile les pays les plus favorables à l’investissement. Selon l’édition 2021, qui célèbre le 10ème anniversaire de l’indice, les États-Unis restent un pôle d’attraction inégalé pour les investisseurs, après la crise financière.
  Cet indice, conçu et élaboré par le Center for International Finance de l’IESE Business School en collaboration avec EM Lyon Business School et eXapital, classe 125 pays en fonction de la qualité de leur environnement d’investissement pour les investisseurs aventureux en capital-risque et en capital-investissement. Les pays sont analysés et classés selon des milliers de points de données pondérés couvrant six facteurs clés : l’activité économique, la profondeur des marchés de capitaux, la fiscalité, la protection des investisseurs et la gouvernance d’entreprise, l’environnement social et des relations humaines, et enfin la culture entrepreneuriale et les opportunités de transactions.


Top 10 des pays les plus attrayants où investir en 2021. IESE BUSINESS SCHOOL

En raison de leurs excellentes performances dans les six domaines, les États-Unis restent la référence de l’indice avec un score de 100. Ils sont suivis par le Royaume-Uni, le Japon, l’Allemagne et le Canada, qui complètent le top 5.

Au sein du top 10, les gains les plus remarquables ont été enregistrés par la Chine, la Corée du Sud et la France, qui ont fait leur entrée dans le top 10 pour la première fois. Tous les pays du classement devraient se remettre rapidement de la récession liée à la pandémie, en particulier la Chine (désormais 7ème), où une croissance du PIB est déjà enregistrée.

En termes de régions, l’Amérique du Nord, l’Australasie et l’Europe occidentale sont les plus attrayantes pour les allocations de capitaux.

 

Le Royaume-Uni reste en tête en Europe

Dans l’édition précédente, publiée en 2018, tous les regards étaient tournés vers le Royaume-Uni pour voir dans quelle mesure sa position pourrait changer en raison du Brexit. Cependant, l’analyse constate que « les effets potentiels du Brexit ne sont pas encore visibles dans les données et ont été quelque peu superposés par les dommages liés au Covid-19 ».

Néanmoins, l’écart entre les États-Unis, en première position, et le Royaume-Uni, en deuxième position, s’est creusé, tandis que les écarts entre les autres pays du top 5 se sont réduits. Ces changements sont en partie dus à l’impact de la pandémie sur les marchés financiers partout dans le monde, réduisant les différences entre de nombreux pays en termes d’indicateurs de « profondeur des marchés de capitaux ».

Lire l'article 
 

Membres corporatifs

© 2021
Chambre de Commerce France-Canada. Site web propulsé par Yapla.