Depuis sept mois, les restrictions sanitaires imposées face à la COVID19 privent la CCFC, comme toutes les institutions ayant une mission comparable, de la possibilité d'organiser des évènements en présentiel tels que petits déjeuners, déjeuners-conférences, réceptions. Or, ces rencontres et échanges directs entre acteurs de la relation franco-canadienne sont, depuis la fondation de la Chambre, sa raison d'être, son ADN.

                Nous avons dû aussi interrompre les présentations de l'AECG/CETA que nous avions entreprises dans plusieurs villes de province, en partenariat avec Business France, les chambres de commerce et d'industrie territoriales, le Mouvement Desjardins et Dentons Avocats.

               La Chambre s’est adaptée à ce défi et a poursuivi sa mission autrement.
 


               Nous avons organisé une série de webinaires autour, successivement, de l'ancien premier ministre du Québec Philippe Couillard, du ministre de l'économie et de l'innovation du Québec Pierre Fitzgibbon, de la présidente-directrice générale d'Hydro-Québec Sophie Brochu, du ministre du développement économique de l'Ontario Vic Fedeli, et de nos deux ambassadrices, Isabelle Hudon à Paris et Kareen Rispal à Ottawa. Ces webinaires ont significativement élargi l’audience de la Chambre, au-delà du cercle de ses membres.

                En espérant pouvoir reprendre dans un avenir pas trop lointain des activités en présentiel, nous prévoyons dans les prochains mois d’autres webinaires. Deux sont acquis : l’un autour de Monique Leroux, qui préside le Conseil sur la stratégie industrielle créé par Justin Trudeau. Un autre présentera à nos entreprises les potentialités de Vancouver et de la Colombie britannique.  D'autres sujets, autour de la mobilité des personnes, de la logistique, et de bien d'autres en ce temps de pandémie, sont aussi à l'étude. Nous rechercherons pour chaque webinaire un partenaire, qui pourra présenter son entreprise et ses projets.    

                   Le comité exécutif se réjouit de la convention de partenariat signée avec la Banque Transatlantique, la première de ce type avec une grande institution de la place, dont l'implantation à Montréal sera source de synergies.

                  La France et le Canada déploient des moyens considérables pour maîtriser la pandémie et relancer l’économie, le plan français étant complété par celui de l’Union européenne. La COVID19 oblige tous les Etats à envisager de nouveaux modes de croissance. Les domaines devenus prioritaires dans nos deux pays donnent déjà lieu à une coopération franco-canadienne très active, et à de nombreux partenariats de part et d’autre de l’Atlantique : numérique, santé, énergies renouvelable, transports intelligents, et d’une manière générale tout ce qui touche à l’environnement. Les restrictions imposées aux voyages transatlantiques n’empêchent pas ces partenariats de se construire ou de se renforcer.

                    L’accord économique et global entre l’Union européenne et le Canada), en vigueur depuis maintenant trois ans, offre aux entreprises des opportunités très intéressantes :  suppression de la quasi-totalité des droits de douane ; ouverture à la concurrence européenne des marchés publics canadiens provinciaux et municipaux, et pas seulement des marchés fédéraux ; rapprochement des normes ; certification simplifiée ; protection renforcée des indications géographiques ; meilleure protection des brevets pharmaceutiques. Grâce à l’AECG/CETA, Les échanges commerciaux entre nos deux pays ont augmenté de 20 % en trois ans.

                   Avec le Brexit, Londres et le Royaume-Uni ne seront plus, pour les entreprises canadiennes des provinces anglophones, une porte d’entrée naturelle sur le marché de l’UE. Pour de multiples raisons, la France peut le devenir.

                   C'est un COMEX élargi et féminisé qui pilote désormais les activités de la Chambre. En plus des administratrices et administrateurs nommés ou renouvelés en février dernier pour une période de trois ans, les nouvelles administratrices Marie-Françoise Hervieu, présidente de Zone Franche et de Villemarie, Aïda Collette-Sène, directrice générale de Generix, et Marie-Sophie de Waubert, directrice générale d'Ubisoft Paris, apportent au COMEX un surcroît d'engagement et des compétences nouvelles.
 

Membres corporatifs

© 2020
Chambre de Commerce France-Canada. Site web propulsé par Yapla.